Bofuri : je suis pas venue ici pour souffrir alors j'ai tout mis en défense - Anime (2020)
Bofuri : je suis pas venue ici pour souffrir alors j'ai tout mis en défense - Anime (2020)

Anime de Shin Ônuma, Minato Mirai, Koin... Action, comédie, fantasy 1 saison (terminée) AT-X 25 min 8 janvier 2020

Un nouveau gros joueur est apparu sur le fameux VRMMO NewWorld Online ! Aucune attaque ne peut l’atteindre, et grâce à son talent de poison létal, les monstres comme les autres joueurs se font tous démolir ! Qui se cache derrière ce personnage qui, de par son style de combat original, se fait surnommer « la forteresse vivante » ou encore « le boss final » ? Une jeune fille débutante ! Maple commence à peine le jeu, sur les conseils de son amie Sally. N’y connaissant pas grand-chose, elle a mis tous ses premiers points de compétence en VIT (défense). Dès qu’elle a rencontré des petits monstres de base, elle s’est fait ridiculiser… mais ça ne lui a pas fait le moindre mal ? Ils ont beau l’envoyer valser, elle ne reçoit aucun dégât ! En plus, elle a eu la chance de tomber sur une compétence de contre qui tue l’ennemi en un coup. Et grâce à l’aide de camarades aux mêmes préférences qu’elle, Maple ne va cesser de progresser. Que l’aventure à zéro dégât commence !

  • Seed
  • :
  • 676
  •  
  • Leech
  • :
  • 237

Bofuri : je suis pas venue ici pour souffrir alors j'ai tout mis en défense torrent


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Bande annonce:


Citation de Lao She

Comme pour Freaks avec les X-Men il y a trois jours, (que le temps passe vite lorsque l'on ne fait rien), un anime isekai humoristique comme Itai no wa Iya nano de Bougyoryoku ni Kyokufuri Shitai to Omoimasu (qu'on appellera simplement Bofuri pour facilité la lecture) va forcement se voir comparer au dieu sacré Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku o! (Qu'on appellera juste Konosuba) que beaucoup considère comme le meilleur Isekai jamais créer pour sa pastiche de genre (dont moi). Mais toujours comme pour Freaks, il serait d'une mauvaise fois dantesque de dire que ce n'est là qu'une vulgaire copie cherchant à créer bouleversement du genre semblable à ce qu'à fait Konosuba il y a quatre ans déjà. Car oui, Bufori n'est pas un Konosuba en moins bien, mais juste moins bien que Konosuba...mais ça ne l'empêche pas d'être génial

Bon pour commencer à parler de l’œuvre il faut forcément parler de son héroïne tant la petite Maple impacte l'univers, les personnages, les thèmes et le ton de Bofuri. Notre jeune fille qui a acheté le jeu sous conseil de son amie et a commencé à jouer comme ça lui plaisait, notamment en mettant tout son potentiel en défense ou en recrutant deux sœurs plutôt faibles. Elle va poursuivre en massacrant les bosses de façon hilarante (que ce soit en les mangeant de l'intérieur ou en empoisonnant la mer à coup d'hydre) et en créant des combos improbables comme la tortue géante qui vole jusqu'à devenir la meilleure joueuse du jeu avec une défense au dessus des 10 000. Tout cela sous les yeux des créateurs du jeu qui sont à la fois exacerbés qu'elle est cassé l'game (dans tout les sens du terme) mais aussi amusés de voir une telle beauté et puissance dans l'absurde. Elle va s'entourer d'une team aussi innocemment drôle qu'elle composé de son amie: Sally l'assassin trop stylé expérimenté qui esquive toute les attaques, des deux soeurs qui mettent tout en défense, la forgeronne qui préfère jouer à Minecraft, de la fille qui s'est cru dans demon slayer, de Loto girl et de Maple version mec encore normal au début du jeu.

Bon ce n'est une surprise pour personne, cette série est drôle. Les créateurs aiment les jeux vidéos et ça se ressent, ils connaissent les codes et savent les tourner en dérision de façon à ce que ça touche toujours le spectateur au bon endroit au bon moment. J'pense notamment à la quête secondaire avec le PNJ mais aussi aux références subtiles avec Pokemon, Zelda, Final Fantasy, Skyrim et même des films comme Goldorack ou Gozilla. Mais surtout, le spectateur rigolera de Maple et des situations absurdes qui l'amèneront toujours plus loin toujours plus forte, l'apogée de cette hilarante farce arrivant avec la jeune fille frèle et fragile qu'est Maple en mode Gozilla pour tuer tout ses adversaires dans le feu et le sang. Maple a certes un syndrome "Saïtama" mais il faut faire la différence entre les bonnes (One punch Man) et les mauvaises (SAO et infinite dendogram) utilisations du héros invincible. Dans Bofuri, Maple arrive, même en gagnant tout le temps à nous surprendre et à nous faire sourire, voir rire car elle innove sans cesse par des manières absurdes mais cohérentes entre elles et avec le monde.

Mais si j'aime cette série c'est pour cette chose qui le rend si unique: elle joue dans un jeu. Je n'aime pas les codes des Isekais qui te balancent : "Ta vie c'est de la merde? téléporte toi dans un monde médiéval" (Re:Zero) ou des "pour moi ce jeu c'est la réalité" (Ce putain d'Infinite dendogram), comment tu peux dire que ce sont des héros braves et fiers si ils ne sont que des lâches détestables. Et c'est là qu’arrive Bufori avec "Bon ok c'est pas logique, mais on est dans un jeu alors OSEF on s'amuse". L'héroïne est là pour s'amuser, elle voit le jeu comme un jeu, c'est pas la réalité. On retrouve même le cliché du chevalier over pété qui croit que ce monde c'est la réalité, celui qui traîne au sommet du classement...que Maple explose parce que elle elle s'amuse. Ça ne veut pas dire qu'elle n'est pas impliqué, c'est juste que contrairement à Pain elle s'amuse et profite du jeu dont elle a conscience que s'en est un. Elle va même fêter la victoire avec ses rivaux. Et c'est ça que j'aime avec cette Bofuri. Ah un moment un personnage va dire "Ça y est moi aussi je suis rentré sur le chemin de l'absurde" mais il le dit en souriant parce qu'au fond on s'en fout on rigole c'est un jeu. Et c'est pour ça que Maple inspire et intrigue plus qu'elle ne révolte. Bofuri n'est pas une pastiche de l'isekai mais une critique constructive et argumentée sous couvert d'humour.

Sans conteste un des meilleurs animes de l'année que je conseille à tout visionneur d'animes